/ sport

Jeûner... avantages et inconvénients

Jeûner, voilà bien quelque chose qui paraît très simple mais qui reste pourtant bien méconnue et sujets aux idées reçues.

Il y a quelques jours, je me suis lancé dans un jeûne étalé sur plusieurs jours. J’avais prévu initialement de le faire durer six à sept jours mais, finalement, puisqu’il s’agissait de ma première tentative de jeûne sur plus de 24h, j’ai rompu le jeûne le quatrième jour.

J’ai depuis, continué de prendre des mesures afin de pouvoir observer un peu mieux les répercussions non immédiates de ce genre de pratique. Les questions que l'on peut se poser sont :

  • Vais-je reprendre le poids que je viens de perdre ?
  • Vais-je reprendre le poids et prendre 10% ?
  • Vais-je perdre de la masse musculaire ?

Avant tout, j’aimerais juste vous préciser que je ne vous invite pas à tenter cette expérience sans en avoir parlé au préalable avec une personne du corps médical (votre médecin, par exemple).

Sachez qu’il est très important d’être en bonne santé et d'avoir l’aval de votre médecin si jamais vous étes tenté par cette expérience.

Alors cette expérience, parlons-en un peu maintenant. Bénéfique? Difficile? Spirituelle? Inutile? Idiote? Voici bien des idées qui peuvent nous passer par l'esprit quand il s'agit d'entâmer une période de jêune.

Encore un petit mot avant de vous donner mes impressions au jour de le jour de ce jeûne. Je me suis assuré de conserver un apport en vitamines et minéraux, ainsi qu'une bonne hydratation durant cette période afin d'éviter des carences pouvant être dangereuses. Voilà, donc c'est parti.

Jour 0. - Samedi

Rien à dire particulièrement concernant le premier jour de jeûne, si ce n'est que le premier midi, j'ai faim, l'après-midi j'ai faim, et le soir... C'est là que je ne suis pas tout à fait honnête quand je parle de quatre jours de jeûne car le premier soir j'ai cassé le jêune avec une personne qui faisait le Ramadan.

Jour 1. - Dimanche

Je commence par un gros petit-déjeuner 🥞. Oui car ayant cassé le jeûne la veille, je n'étais plus vraiment en train de jêuner. Bref, en fait j'en profite pour faire le plein d'énergie afin de pouvoir, deux heures après, aller faire la petite course à pied du dimanche matin. En même temps, c'est une reprise, donc j’y vais molo. J’ai envie de courir en endurance fondamentale mais impossible, le cardio est trop haut. Donc je finis mes 10 kilomètres, la blessure au pied semble rétablie correctement, je profite de la fenêtre métabolique qui suit la course à pied pour réparer les muscles au maximum avant de reprendre le jeûne. Et c'est parti!

Rebelotte le midi, l'après-midi et le soir pour les petites envies de nourriture, mais rien de bien méchant. Un bon gros dod et on est parti pour le jour 3.

Jour 2. - Lundi

On est reparti pour une semaine de travail, qui débute par un passage à la salle de sport. Cette fois-ci ce ne sera clairement pas une séance de musculation, car c'est trop intense. Juste pour rappel, une séance de musculation, c'est beaucoup de travail anaérobie. Autrement dit, c'est un effort dont l'énergie ne provient pas de la transformation de l'oxygène en énergie. Alors vous allez me dire, d'où vient l'énergie dans ce cas ?

Cette énergie est stockée dans les muscles (pour faire simple), ce n'est pas le muscle en lui-même qui fournit l'énergie, mais c'est mis à proximité des muscles pour pouvoir l'utiliser facilement et rapidement. On appelle cette réserve d'énergie, le glycogène. Et dans le corps, y'en a pas beaucoup. Il y a une réserve de 6 heures d'énergie pour une utilisation normale, et à peu près deux heures pour des efforts intenses. Un peu comme le temps de vie de votre batterie suivant que le téléphone est en veille ou que vous jouez avec.

Donc clairement, si vous ne faites rien de particulier et que vous ne vous alimentez pas, alors au bout de 6 heures, vos réserves sont à sec.

Heureusement que le corps, cette belle machine est bien faite, car elle va utiliser une deuxième source d'énergie... Et qu'est-ce donc ? Le GRAS et l'oxygène que vous respirez. Et si cette réserve est à sec... alors le corps devient canibal... Oui oui, canibal! Il va décomposer les fibres musculaire pour pouvoir en extraire les protéines afin de vous fournir l'énergie ultime. Et ça, clairement, je ne veux pas ;-)

On y reviendra sûrement après. En attendant, voyons comment s'est déroulé ce lundi.

La journée commence normalement avec une séance de cardio donc, et où je ne dépasserais pas le 115-120bpm. Oui c’est faible comme valeur de cardio, mais je ne souhaite absolument pas utiliser une autre source d'énergie que la transformation de l'oxygène car sinon je vais trop taper dans les muscles en sollicitant un peu trop d’énergie. La séance se passe bien, je ne suis pas trop fatigué. J'ai un peu sué certes, mais bon, ça rajoutera quelques calories brûlées et ça ne casse pas la bonne habitude d'aller à la salle de sport.

Du coup au boulot, tout se passe bien, pas de fringales, rien. Par contre, je n'ai pas la même énergie que d'habitude. Et finalement c'est bien aussi, car je suis en effet, bien concentré sur mes tâches.

Il faut savoir une autre chose. Lorsque le corps commence à ne plus avoir l'énergie habituelle qu'il a à sa disposition, il va modifier le fonctionnement du cerveau en lui offrant un boost en terme de résolution de problèmes. Il part du principe que en vous offrants ça, vous serez un peu moins bête et pourrez trouver une solution et vous dégoter un peu de nourriture pour survivre à cette pénurie qui semble alarmante pour votre corps, mais surtout pour votre cerveau.

Du coup, au taf, tu gères facilement des problèmes complexes, et ça c'est top.

La journée se poursuit donc, et pas d'envies particulières. On sent que le corsp s'adapte. Par contre la le transit instestinal commence à se détraquer. Faut dire que de ne boire que de l'eau ne risque pas de produire quelque chose de consistent en sortie... Si tu vois ce que je veux dire...

Bref.

Jour 3 - Mardi.

On repars à la salle de sport le matin, et la fatigue générale est quand même très présente. On fonctionne au ralenti, on se déplace au ralenti, on calcule tous les efforts que l'on doit faire avant de le réaliser. Cela en est presque effrayant. La faim qui vous accompagne le premier jour n'est plus là, elle a disparu. Par contre, t'attends vraiment avec impatience que la journée se termine, et ça, limite, après le réveil. C'est la partie la plus difficile je trouve. En plus, c'est même pas que tu attends le soir pour manger, car tu ne vas rien manger mais, tu es pressé quand même que la journée soit terminée.

Jour 4 - Mercredi.

Bon, ce sera la dernière matinée de ce premier jeûne, je vais casser celui-ci à midi. Les conditions commencent à être difficiles, surtout le transit. J'ai commencé à prendre de l'ultra levure afin de recréer une flore intestinale de substitution car j'ai l'impression que la mienne en a pris un coup ces derniers jours.

Verdict rapide

Après m'être pesé tous les jours, comme d'habitude, j'ai pu faire les remarques suivantes. Entre le premier et le deuxième jour, il y a une chute du poids, comme visible et très net sur la photo.

Cette diminution s'explique très simplement. En utilisant tout le glycogène à disposition, vous avez éliminé l'ensemble des glucides à disposition. Hors les glucides retiennent l'eau du corps. Par conséquent, pas de glucides car pas de glycogène, implique pas de rétention d'eau, et cela explique la chute significative de poids. Par contre, ça veut aussi dire perte de masse musculaire car les muscles sont faits de grosso merdo 60% à 70% d'eau.

Beaucoup de personnes pratiquent le jeûne pour atteindre ce moment où l'absence de glucide permet de nettoyer le corps des toxines contenues dans l'eau et dans la graisse que vous stockez.

Vous pouvez également voir, qu'a la fin du jeûne, il y a une légère augmentation du poids. Et je dis bien légère. Voilà ce qu'il était important pour moi de vérifier. On entend tellement de débilités, du genre, tu vas tout reprendre, ça ne sert à rien, pourquoi tu fais ça? Et blah, et blah et blah...

Donc, après quelques jours, sans avoir modifié mon alimentation para rapport à la période qui précédait le jeûne, vous pouvez remarquer que, comme je ne me suis pas goinfré, et que je ne me suis pas jeté sur de la sale bouffe; et bien, le résultat semble assez stable, avec un poids inférieur à celui que j'avais avant de debuter le jeûne.

Donc, qu'est-ce que j'ai perdu exactement ? Du gras ? Du muscle ? Les deux ?

La photo de gauche montre au'il y a bien eu une diminution de gras depuis le début du jeûne, mais que le gras n'est pas revenu après l'arrêt et la reprise d'une alimentation normale.

Sur la photo de droite, on voit qu'il y a eu baisse de la quantité de muscle durant la période de jeûne et dès le début de celui-ci, mais que, dès l'arrêt, la quantité est presque revenue à la quantité initiale.

Conclusion

Perte de 3% de masse grasse en 3 jours. et légère perte de masse musculaire. Donc en plus d'une détoxination, je pense que je suis satisfait du résultat, et je réitèrerais l'expérience.

Cela permet également de voir la nourriture autrement. Votre rapport à la nourriture pourrait être amélioré définitivement ;-) Attention.

Les suppléments utilisés durant le jeûne.

Alors, hormis l'eau que j'ai bu durant ces quelques jours, j'ai qund même apporté différents compléments assez importants.

  • Vitamines
  • Magnésium
  • Potassium
  • Sodium
  • Calcium

Ainsi, je pouvais palier à la déshydratation et d'autres phénomènes possibles liés à la carence d'un ou plusieurs de ces élements.

J'espère que cela vous sera utile, et n'hésitez pas à me contacter pour plus détails concernant cela.

Sur ce... à bientôt!

Jeûner... avantages et inconvénients
Share this